Fandom

Kalonopédia

Argumentation espérantiste

129pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager
« SOPHISTRY, n. The controversial method of an opponent, distinguished from one's own by superior insincerity and fooling. This method is that of the later Sophists, a Grecian sect of philosophers who began by teaching wisdom, prudence, science, art and, in brief, whatever men ought to know, but lost themselves in a maze of quibbles and a fog of words. »
Ambrose Bierce donnant la définition d'un sophisme dans le dictionnaire du diable


Les espérantistes ont plusieurs méthodes d'argumentation. Voici, en vrac, comment ils justifient que l'espéranto c'est plus mieux meilleur que l'anglais pas bon :

Types de preuves de l'utilité de l'espéranto. Modifier

  • Preuve par l’exemple : Masson démontre l’utilité de l’espéranto dans deux cas anecdotiques et prétend qu’ils contiennent la plupart des idées de sa thèse générale.
  • Preuve par généralisation : L’espéranto est utile pour Masson, donc l’espéranto est utile pour tout être vivant.
  • Preuve par intimidation : "Evident !" Un espérantiste ajoutera également quelques insultes pour mieux (dé)crédibiliser son propos.
  • 'Preuve par épuisement : Un ou deux numéros de journal consacrés à l’espéranto sont utiles.
  • Preuve par omission : "Les 253 autres liens sont analogues ; le lecteur réglera facilement les détails."
  • Preuve par obscurcissement : Un énorme pavé contenant une suite d’affirmations toutes vraies et sans significations, mais ne répondant absolument pas à la question du contradicteur. L’espérantiste ajoutera également quelques insultes et liens douteux.
  • Preuve par calcul : "Vos calculs sur les statistiques sur le nombre d’espérantophones ne sont absolument pas fiables."
  • Preuve par fin de l’exposé : "Je vous laisse trouver tout seul la preuve de mon argumentaire". Prisé par espérantulo.
  • Preuve par citation souhaitée : L’auteur cite pour fonder ses assertions la négation, la réciproque ou la généralisation d’un théorème de la littérature.
    • Exemple :
      « Asp "Explorer" (re-sic !) est la parfaite illustration de ce qu’avait écrit le savant et homme politique François Vincent Raspail (1794-1878) : “Les philosophes et les novateurs qui se placent en tête de la civilisation rencontrent la plus opiniâtre résistance, et de la part de ceux qui souffrent par suite de leur paresse, et de la part de ceux qui profitent de cette paresse pour retarder de tout le poids de leur égoïsme le char si lent de la raison humaine.“ »
      Henri Masson déblatérant comme à son habitude
  • Preuve par financement : "Comment SAT-Amikaro, Espéranto-France et la Fédération Espérantiste du Travail pourraient-elles se tromper en même temps sur l’espéranto ?"
  • Preuve par consensus : "Tous d’accord ?" (s’adressant à skirlet, krokodilo, espérantulo)
  • Preuve par démocratie : "Que ceux qui sont pour plussent mon commentaire, et moinssent ceux des autres." A utiliser seulement lorsqu’on rameute des tas d’espérantistes sur Yahoo.
  • Preuve par éminence : (dit aussi argument d'autorité) "St Zamenhof/Piron/Masson a dit que l’espéranto c’était bien, alors l’espéranto c’est bien."
  • Preuve par cosmologie :
    « Raisonnement absurde basé sur une ignorance totale du sujet et sur des supputations non moins absurdes. »
    Henri Masson est entré dans l'histoire en commençant sa première réponse à Asp Explorer par cette parole désormais épique
  • Preuve par référence inaccessible : L’auteur cite comme référence un lien en espéranto (non traduit), ou encore une page n’existant plus.
  • Preuve par référence fantôme : Le lien n’a que peu ou pas de rapport avec ce que l’auteur prétend démontrer. Se combine bien avec la référence inacessible et l’obscurcissement.
  • Preuve par référence mutuelle : L’auteur tire ses sources d’un site d’espéranto donc partisan.
  • Preuve par référence perdue : "Cela a déjà été démontré des dizaines de fois, on en a assez de se répéter." Mais ces dizaines de fois sont introuvables.
  • Preuve par référence anticipée : "Dans vingt ans, tout le monde parlera espéranto, les études le prouvent."
  • Preuve par insignifiance : "De toute façon, ton contre-exemple ne veut rien dire, il ne compte pas."
  • Preuve par désinterêt : "De toute façon ce projet n’était pas important, ce n’est pas grave s’il marche pas." Voir le bide total des télévision en espéranto.
  • Preuve par entêtement : "Quoi que vous puissiez dire, l’espéranto progresse."
  • Preuve par probabilité : "J’ai connu plein de cas ou l’espéranto était utile." (dit par Henri Masson lorsqu’il raconte le déroulement du dernier congrès d’espéranto)
  • Preuve par procrastination : L’auteur ne répond à la question du contradicteur plusieurs dizaines de commentaires après, de telle façon que le contradicteur ne retrouve jamais la réponse à sa question.
  • Preuve par évitement : Plus simplement, l’auteur ne répond jamais à la question du contradicteur.
  • Preuve par distraction : L’auteur reprend de façon systématique les fautes de frappe des contradicteurs et les insulte sur leur façon de parler, afin de détourner le sujet de la conversation. Prisé par skirlet.
  • Preuve par définition : "L’espéranto est, par définition, une langue parfaite."
  • Preuve par tautologie : "L’espéranto est une langue parfaite car c’est l’espéranto."
  • Preuve par pavage : "Cette preuve est la même que la précédente."
  • Preuve par science-fiction : L’espéranto ne remplaçant pas l’anglais dans le monde réel, on construit un nouveau monde renfermé sur lui-même, dans lequel l’espéranto remplace l’anglais.
  • Preuve par dessin : On donne des photos pour illustrer un exemple. Par exemple, une photo du congrès (une foule immense de 87 personnes) pour montrer la progression continue de l’espéranto dans le monde.
  • Preuve par choix de personne intelligent (ou non) : "Considérons M.Machin (parlant huit langues), nous voyons bien qu’il apprend l’espéranto très rapidement."
  • Preuve par graphe adapté : La courbe représentant le nombre d’espérantophones dans le monde en fonction du temps, sur une très très petite échelle. Avec les unités adaptées, on s’arrange pour faire une belle droite croissante.
  • Preuve par assertion véhémente : L’auteur capte l’attention à grands renforts de pavés, d’insultes et d’exclamations indignées. Exemple : (sic !)
  • Preuve par répétition : L’auteur pense être plus crédible se répétant, au point de donner naissance à des blagues récurrentes. Exemple : "Il tire sa plume de là où d’autres mettent des suppositoires." pour discréditer Asp.
  • Preuve par glissement sémantique : L’auteur attaque les contradicteurs sur le sens des mots qu’ils utilisent. Voir la discussion sur la définition d’injure, et celle sur la définition de multipseudo.
  • Preuve par abstraction : L’auteur utilise divers termes compliqués en linguistique très impressionants mais n’ayant qu’un vague rapport avec le sujet. Bonus si lui-même ne comprend pas le sens de ce dont il parle.

Références Modifier


Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard